La ferme insulaire de Quéménès

Quéménès, une île plus tout à fait déserte.
Quéménès, une île plus tout à fait déserte.

Plus près et moins dangereuse que la planète Mars, je vous invite à découvrir Quéménès, une petite île au large du Finistère, dans l’archipel de Molène.

Avec le soutien du Conservatoire du Littoral breton, David et Soizic Cuisnier ont entrepris, en 2008, de redonner vie à cette île alors déserte de 26 hectares. La ferme insulaire est à caractère écologique : eau, électricité sont produits sur place. Le couple élève des moutons, des oies, et cultive des patates, et des tomates en serre.

Les deux activités rémunératrices sont l’accueil en gîte et la vente des pommes de terre. Ce soir, l’émission Thalassa, sur France 3, a consacré son « grand format » aux « Robinsons de la mer d’Iroise » et on ne peut qu’admirer le courage et la ténacité de ce couple désormais insulaire et qui, depuis son installation à Quéménès, a vu l’arrivée de la petite Chloé, puis du petit Jules, doublant ainsi la population de l’île en cinq ans.

Le blog de la ferme insulaire de Quéménès
L’émission Thalassa, sur France 3

Publicités

Euro 2012 : thank you et grazie mille !

Dimanche 24 juin, l’Angleterre et l’Italie nous ont réconciliés avec le foot-ball, après une soirée France – Espagne aussi irritante qu’ennuyeuse.

L’Angleterre a perdu avec les honneurs face à l’Italie.

On a vu deux équipes qui en voulaient et qui se sont battues généreusement, humblement et magnifiquement, offrant aux spectateurs même occassionnels des matchs à la télé un spectacle captivant.

Cerise sur le gâteau, toutes deux ont fait preuve d’un fair-play et d’un esprit collectif exemplaires. Bravo l’Italie (quelle élégance !) et chapeau bas, messieurs les Anglais. Vous sortez de l’Euro 2012 par la grande porte et vos supporters peuvent être fiers de leur équipe.

Un  résumé de la rencontre sur fan2sport.com

Laurence Parisot avec les travailleurs

Vu à l »émission de divertissement « Qui veut prendre sa place », sur France 2.

– Question de l’animateur Nagui : « De quelle organisation Laurence Parisot est-elle la présidente ? La CGT, la CFDT, le MEDEF ou FO ? »

– Réponse de la candidate (la soixantaine dynamique) : « De la CFDT ».

Souveraineté et mondialisation en débat

Jean-Pierre Chevènement au café "Fils de France".
Jean-Pierre Chevènement au café « Fils de France ».

En avril s’est tenu, au café « Fils de France », un débat avec Jean-Pierre Chevènement sur le thème « La souveraineté face à la mondialisation ».

J’ai trouvé la prestation de JP. Chevènement remarquable par sa richesse, sa clarté et sa pédagogie. L’ancien ministre revient sur plus de mille ans de construction de « la nation française » et notamment sur sa différence avec nos voisins d’outre-Rhin.

Tandis que la nation allemande repose sur des notions ethniques (globalement la partie germaine de l’ex-Saint Empire Romain-Germanique), la nation française s’est construite à partir d’une multitude de peuples (Romans, Normands, Alémaniques, Franciques, Méditerranéens…), agrégés au fil des guerres et des alliances.

La nation française repose sur un pacte autour d’un projet commun, tant politique que social, avec un attachement à des valeurs comme celles des Lumières, de la Révolution française et, plus récemment, du Conseil national de la Résistance. Jean-Pierre Chevènement parle de « plébiscite quotidien » autour de ce contrat commun. Il aborde longuement l’Europe et les failles démocratiques que constituent les délégations de souveraineté imprudemment accordées, selon lui, à des institutions centrales, telles que les commissaires européens et la Banque centrale européenne, instances non élues par les citoyens des peuples de l’Union. Il rappelle les liens étroits qui unissent les peuples du Maghreb à l’Europe, de même que la Russie.

Je vous invite à visionner ce débat (moins d’une heure). C’est une leçon d’histoire et une contribution au débat démocratique.

Voir le débat sur filsdefrance.fr
Le blog de Jean-Pierre Chevènement

The sound of silence

11 septembre 1973 et 2001, Chili et États-Unis… double tristesse mais un moment de grâce à Ground Zero, lorsque Paul Simon chanta, tout seul, « Sound of Silence » simplement, comme un anonyme.

Respect pour les Américains d’avoir eu cette humilité, ce respect des victimes et de leurs proches.

[vu dans « No comment »,  sur Euronews]

Le mur des Fédérés

Emplacement du mur des Fédérés au cimetière du Père-Lachaise

C’était, il y a 140 ans, à Paris. Le 28 mai 1871, les derniers Fédérés étaient exécutés par les troupes versaillaises, dans le cimetière du Père-Lachaise.

C’était la fin de la Commune de Paris, la fin d’une utopie, d’un projet de changer la société. L’anniversaire résonne étrangement, après les Printemps arabes et les « Indignados » espagnols.

Pourquoi parle-t-on si peu de la Commune, aujourd’hui ? C’est un épisode important dans le combat pour la dignité humaine. En lisant le quotidien « L’Humanité », je découvre que des Garibaldiens ont combattu avec les Communards, ainsi que des Polonais, des Hongrois et des citoyens de toute l’Europe. Ils avaient le droit de vote et certains ont même été élus. Comme il est long, le chemin !

Le mur des Fédérés (Wikipédia)
Journal « L’Humanité »

La propriété, c’est le vol ?

Pierre-Joseph Proudhon

Dans son essai « Qu’est-ce que la propriété ? », Proudhon affirmait que rien ne pouvait justifier le fait de s’approprier un bien ou un territoire. On doit, à l’anarchiste français, la formule révolutionnaire « La propriété, c’est le vol ».

Qu’est-ce qui est plus intéressant ? Profiter d’une multitude de biens en commun ou se rendre malade pour acquérir quelques propriétés personnelles, qu’on abandonnera, de toutes façons, en quittant cette vie ?

Lire l’essai de Proudhon sur kropot.free.fr

L’espoir et le fanal

Dessin de Arno, du 26/01/2011

Ce qui se passe aujourd’hui en Égypte ne constitue pas seulement une bonne nouvelle pour le monde arabe.

Pour reprendre le terme d’un journaliste allemand, ce « fanal » éclaire aussi notre route, à nous Européens. Car nous avions tendance à nous résigner, à penser que cela ne servait à rien de manifester contre la réforme injuste des retraites, contre le lent saccage de tous les acquis du Conseil national de la Résistance. C’est faux et ça vaut la peine de se battre !

En ce 11 février 2011 – de même qu’il y a quelques semaines en Tunisie -, les peuples de la Méditerranée ont gagné notre admiration et notre respect. Puissions-nous ne plus jamais les regarder, dans la rue, comme des citoyens de seconde zone !

D’autres dessins de Arno (aaprods.blogspot.com)