Le théâtre de Balzac

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai souffert au lycée quand il m’a fallu lire Balzac. J’avais choisi un roman court « La femme de trente ans », mais je n’en garde aucun souvenir agréable. Probablement que j’étais trop jeune pour apprécier.

Récemment, en vacances, surprise : au milieu de ses œuvres complètes dans une bibliothèque familiale, je repère deux volumes consacrés à son théâtre. Balzac, du théâtre ? Je prends le tome XXVII et commence la lecture de « L’école des ménages ». J’accroche tout de suite et suis surpris par sa modernité. C’est drôle, bien ficelé et très fin. Balzac m’apparaît étonnamment proche et j’adorerais discuter le coup avec lui. Hélas, nous quittons nos hôtes et je laisse chez eux l’auteur de la Comédie humaine.

Une fois rentré chez moi, je cherche sur Internet le texte de ses autres pièces. Je trouve sur le site la BNF (Gallica) un des deux volumes mais le téléchargement n’est pas aisé et j’ai la nostalgie de l’édition papier. Qu’à cela ne tienne, je déniche les deux volumes sur un site de vente en ligne. Depuis, j’ai lu « Le faiseur », « Vautrin » et « Les ressources de Quinola ». J’en reparlerai.

Balzac est maintenant un ami littéraire et j’ai hâte de redécouvrir ses romans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s